fbpx
  • Home
  • Mode de vie
  • Voyage à Rome: quoi faire, infos utiles, bouffe, bouffe et bouffe!

Voyage à Rome: quoi faire, infos utiles, bouffe, bouffe et bouffe!

Rome-Raisonetgourmandise.com_

Durant notre semaine de vacances à Rome en Italie, la première en amoureux, sans enfants, en 12 ans (mauvais exemple d’équilibre…oups!), nous avons savouré chaque instant!

Café-CastelSanAngelo-Rome-Raisonetgourmandise.com_

La formule vous revient! Il est possible de visiter cette ville en 3 jours, mais le fait d’y rester 5 ou 6 jours permet de s’accorder des moments de répit dans les parcs l’après-midi, de voir autre chose que les sites purement touristiques et de se prélasser sur les nombreuses et très agréables terrasses sans pour autant sacrifier les visites incontournables.

Rome, c’est quel genre de ville?

Contexte

Rome est une ville touristique. Forte de ses monuments incroyables et du pouvoir attractif du Vatican, on y retrouve énormément de voyageurs et de travailleurs du tourisme. Le déplacement en vaut le détour malgré la horde de gens qui y affluent: le Colisée, le Vatican, la Chapelle Sixtine, les multiples églises toutes aussi magnifiques les unes que les autres, les sites archéologiques… c’est tout simplement majestueux. J’aime me rappeler combien l’homme est capable de choses grandioses.

Langue

Vous pourrez communiquer en anglais dans la plupart des lieux et en français avec les guides touristiques. Au restaurant, on trouve toujours un employé parlant anglais pour discuter avec vous!

Forces et faiblesses

Notez toutefois que Rome est une grande ville où circulent beaucoup de gens. La propreté des lieux laisse à désirer. Les monuments sont magnifiques, les gens sont très chaleureux, la bouffe est excellente, on s’y sent en sécurité, mais en dehors des lieux névralgiques, ce n’est pas une ville magnifique.

Bon à savoir

En rafale, voici ce qui est bon à savoir avant de partir:

  • Des fontaines d’eau potables sont accessibles partout dans la ville. Nul besoin d’acheter des bouteilles d’eau continuellement. Ayez des gourdes et le tour sera joué. Nous n’avons jamais été malades. Ces fontaines sont très utilisées et l’eau y coule en permanence.
  • En été, il fait très chaud à Rome. On se retrouve souvent sous un soleil ardent. Peaux et yeux sensibles, prévoir le coup!
  • On ne peut entrer dans les lieux saints les épaules découvertes. Prévoir un châle.
  • Plusieurs restaurants acceptent les cartes de crédits. Même les petits kiosques à Gelato. Il vous faudra tout de même de l’argent comptant à l’occasion. Les gens ne semblent pas donner beaucoup de pourboire, parfois aucun, mais pour le faire, on doit payer comptant, car les machines ne le permettent pas.
  • Certaines attractions nécessitent des réservations, par exemple le Vatican. Nous avons opté pour un forfait qui comprenait des laisser-passer, des coupe-file (GÉNIAL) et le transport en commun. Pour 113 euros par personne, nous avions un forfait Omnia Pass 72 heures (attractions et autobus 2 étages) et la Roma Pass 72 heures (autres attractions, métro et bus). Ce qui est intéressant c’est que le 72 heures débute à la première utilisation. Nous avons donc fonctionné à pieds le premier jour, avec la Omnia Pass les 3 jours suivants et avons terminé avec la Roma Pass. Nous avons tout fait sans avoir à débourser pour des attractions ou du transport additionnels. Par contre, si tel est votre désir, les passes vous offrent également des rabais sur des activités de plus.
    • À votre arrivée, rendez-vous au kiosque touristique de la Place St-Pierre, en face du Vatican. Vous pourrez obtenir les informations en français ou en anglais et acheter vos passes. Des passes de 48 heures sont également disponibles. Vous pourrez également réserver vos heures de visites.

Quoi visiter?

Les monuments sont si nombreux à Rome que cela peut étonnamment devenir un brin redondant. À notre avis, les visites suivantes valent le détour:

  • La basilique St-Pierre et le musée du Vatican (la visite inclut celle de la Chapelle Sixtine) : un incontournable quand on visite Rome.
    • Il faut réserver au bureau touristique de la Place St-Pierre
  • Le Colisée: nous avons suivi les recommandations de nos amis et n’avons pas fait la visite intérieure. L’observer du pourtour est grandiose et nous nous sommes concentrés sur la visite du Forum et du Mont Palatin (Palatino) où l’on déambule parmi les ruines à l’extérieur du Colisée. De nombreuses enseignes vous permettent de vous documenter sans visite guidée. Une fois la visite terminée, cela vaut la peine de déambuler dans les rues des alentours. Sur Piazza del Colosseo, le long du colisée, on peut croiser divers artistes, notamment des chanteurs qui créent une ambiance italienne mémorable.
  • Le Musée national du Château Saint-Ange (Castel San Angelo): une visite des plus agréable dans ce lieu qui est près du Vatican et qui a servi de refuge et de forteresse aux papes lors de menaces. On y circule aisément (rien à voir avec la queue-leu-leu intense du Vatican) et on y trouve un petit café tout en haut où savourer un breuvage et un goûter abordable avec une vue incroyable sur le Vatican.
  • Le parc de la Villa Borghèse. Vous pouvez visiter la Galerie Borghèse elle-même, mais nous nous sommes concentrés sur le magnifique parc dans lequel elle est située. Un havre de paix dans la tourmente de la ville où il fait très chaud et où les parcs et îlots de verdure sont moins nombreux qu’à Montréal. On peut y marcher assez longtemps (il s’étend sur près de 60 hectares au centre de Rome), y faire une sieste, visiter un zoo, s’y asseoir au bord d’un étang, admirer Rome sur haut de la Terrazza del Pinchio. Un restaurant y est installé si vous souhaitez manger avec une vue, mais vous l’aurez tout autant sur la Terrazza ou ailleurs dans la ville, notamment au Jardin des Orangers cité plus loin.
  • La fontaine de Trévi. Une balade à pieds vous permettra de l’atteindre de la station de métro Barberini. Mais tout se marche en réalité avec un peu de motivation! Attention aux pick pockets à cet endroit.
  • Autrement, nous avons fait comme tout le monde et avons pris le temps de visiter toutes les piazzas connues et d’observer divers monuments de l’extérieur sans nécessairement y faire une visite officielle.

Où boire et manger?

Rome étant une ville touristique, vous trouverez d’innombrables restaurants pour satisfaire votre appétit. Tant la bouffe de rue que les repas au resto sont savoureux. En Italie, la fraîcheur n’est pas une option! Même dans un commerce minuscule ou un petit marché de village, on tranche les charcuteries et les fromages devant vous. Voici nos observations:

  • À Rome, vous trouverez de nombreuses petite terrasses ou tables de bordures de rues où siroter un excellent café. Pour faire comme les italiens, vous pourrez aussi le boire debout au comptoir. Certains restaurants vous chargeront des frais de service pour vous asseoir. À demander chaque fois, cela peut doubler le prix de votre café! Pour ce qui est des gelatos, vous aurez l’embarras du choix. Des petits kiosques touristiques vous en offriront un peu partout, mais préférez les gelaterias de ruelles, les vraies!
  • Il est préférable de s’aventurer dans les petites rues afin d’éviter les terrasses bruyantes et les restaurants touristiques plus coûteux, chargeant des frais de service et ayant essentiellement tous le même menu. Pour notre part, nous avons mangé tous les soirs sur une terrasse sans payer de frais de service. Il suffit de le demander. Ces frais sont parfois facturés en pourcentage ou alors un montant fixe pour s’asseoir est ajouté aux prix du menu.
  • Si le serveur place du pain, des olives et autres accompagnements sur la table, osez demander s’ils seront facturés, car c’est habituellement le cas.
  • Plusieurs restaurants ferment entre 15 heures et 19 heures. Toutefois la plupart des trattorias sont ouvertes pour ceux qui souhaitent manger plus tôt où profiter du Happy hour à 17 heures. La formule Happy hour est très fréquente dans le quartier Trastevere, quartier branché où il est particulièrement facile de trouver une table offrant un bon rapport qualité-prix. Nous avons particulièrement aimé notre Aperol Spritz et nos croustilles maison toutes fraîches pour 3 euros à la Trattoria Cave Canem du quartier Trastevere.
    Plusieurs trattorias, caffeterias et pasterias annoncent des options vegan. C’est possible d’en trouver! Je n’ai pas eu la chance de l’essayer, mais Il Margutta est une restaurant végétarien et végétalien célèbre.
  • Le marché central (Mercato centrale) vaut le détour: station Termini. Un marché intérieur où l’on se délecte de plats raffinés, mais dans un contexte de foire alimentaire. On y va certainement pas pour la quiétude ni le confort. Les prix ne sont pas nécessairement moins chers qu’en trattoria non plus, mais le choix est incroyable et la qualité au rendez-vous. Les romains le fréquentent beaucoup. Tous et chacun peuvent choisir un plat, de la pizza au sandwich en passant par les soupes ramen, les sushis, les légumes grillés assortis, les pâtisseries et les fritures de tout genre.
  • Bien que nous soyons friands de terrasses lorsque l’on est en vacances, j’ai remarqué que les restaurants branchés favoris des romains sont plutôt intérieurs. Par exemple, le Barbieri23 ou le bar à vin Il Goccetto où les bouchées sont aussi attrayantes que le vin!

Trattoria? Osteria? Ristorante? Et patati et patata?

Vous verrez diverses appellations dans la ville. Elles ne sont pas vraiment fidèles aux définitions officielles:

  • TRATTORIA devrait être un lieu familial et authentique ou grand-mère ou un membre de la famille est aux fourneaux.
  • RISTORANTE devrait être un restaurant full « service » avec un menu imprimé établi, un(e) hôte(sse) et un service de sommelier(ère).
  • OSTERIA/TAVERNA sont des anciens bars à vin qui ont ajouté quelques plats au menu et qui traditionnellement n’ont pas de menu officiel. 

Par exemple, nous étions au Ristorante Taverna Agape (clairement pas une taverne donc soulignons le ristorante) et c’était plus chic qu’une trattoria. On pouvait s’y lever choisir son poisson au comptoir, les serveurs étaient plus chics, le menu présentait les chefs de la maison. Les prix y étaient un peu plus élevés que dans plusieurs trattorias, mais pas de façon démesurée et le menu était plus varié et sophistiqué

Et si on veut sortir des sentiers battus ou faire autre chose que des visites touristiques?

  • Nous avons bien aimé notre brève intrusion au refuge de chats Torre Argentina Roman Cat Sanctuary mis en place par des bénévoles souhaitant éradiquer le problème de surpopulation de chats dans la Ville. Le refuge est situé sous les anciennes ruines de Largo di Torre Argentina. Les chats sont capturés et stérilisés, puis remis en liberté. Ceux qui sont blessés, aveugles ou malades sont gardés à l’intérieur. Tous sont nourris à profusion. On peut y faire un don, mais la visite est gratuite.
  • Un après-midi à se prélasser au Jardin des orangers (Giardino degli aranci) vaut également la peine. C’est un petit parc apprécié par les amoureux en quête d’un temps d’arrêt romantique à l’italienne. Il offre une vue panoramique sur la ville et l’on peut se prélasser sur un banc ou dans le gazon, sous les orangers. Il n’est pas très loin du Colisée. On y trouve une fontaine d’eau, comme un peu partout dans la ville.
  • Faire le marché au Campo de Fiori, c’est du pur bonheur. Le lieu est connu des touristes, mais la visite vaut le détour. Mêmes les romains y vont. Fruits et légumes frais, fromages, charcuteries, noix, cadeaux et souvenirs, tout y est. Il est préférable d’y aller avant 14 heures, mais vous obtiendrez des fruits frais prêts-à-manger à rabais si vous vous présentez vers 16 heures à la fermeture!
  • Un spectacle gratuit de fin de journée, vers 16h30, Piazza Trilussa. Les gens sont nombreux à s’installer dans les marches de cette place publique pour se laisser bercer par la musique du chanteur du jour. On a eu droit à du reggae incroyable et des balades plutôt agréables le lendemain. Franchement, les chanteurs talentueux étaient nombreux, partout dans la ville, et mettaient une magie incroyable dans l’air.
  • Pourquoi ne pas faire une petite sortie hors du centre, toujours en métro, afin de visiter l’une des plages de Rome? Et oui, en quelques stations de métro et environ 30 minutes (cela fait partie du métro, mais c’est en fait un train extérieur), vous atteindrez la station Lido Centro. À la sortie de la station, vous atteindrez la Spaggia (plage) d’Ostia en 20 minutes de marche. Des enseignes vous guideront. Ostia est une ville en périphérie de Rome.
  • Et si vous êtes un peu foodie et fan d’épiceries fines et de découvertes culinaires, une virée chez Eataly vaut assurément le détour! Cette épicerie italienne de 4 étages est accessible à pieds de la station Pyramide. On peut y manger sur plusieurs étages des mets savoureux et on peut y acheter des denrées fraîches ou sèches, des livres, des articles de cuisine. C’est assez près du paradis!

Voilà, ce sont nos petits conseils et constats et quelques-uns de nos clichés… sans prétention! Bon voyage et surtout… bon appétit!

raison.gourmandise

Raison & Gourmandise font très bon ménage dans ma cuisine! Healthy foodie @Montréal/Québec/Canada. Ma devise: poids santé & vie savoureuse. Surtout végé

Ajouter un commentaire